Ressources, partenaires, projets

Si d’aucuns peuvent considérer la tapisserie de Bayeux, datant du xe siècle, ou La Légende dorée de Jacques de Voragine comme des formes artistiques annonciatrices du 9e art, la bande dessinée naît véritablement en Suisse, au début des années 1830 ; son père, Rodolphe Töpffer, décrira ainsi son premier album publié :
« Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose de dessins autographiés au trait. Chacun des dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose.1 »

On rapproche souvent à tort la bande dessinée de la littérature, dont elle use certes des mêmes procédés d’impression et de diffusion, par le biais de maisons d’édition, tout comme on la compare au cinéma qui lui aussi utilise les techniques de prises de vues, les ellipses, les montages, les éclairages, la sonorisation, l’élaboration au préalable d’un séquencier et d’un storyboard, Et pourtant sa spécificité, c’est bien la case, la planche, les relations entre le texte et le dessin. Aussi, gardons-nous bien de n’extraire de la bande dessinée que son message ou son histoire pour étayer un propos, et attardons-nous sur l’originalité de la distribution du récit dans les cases et les ellipses narratives.

Dans les programmes

Dans tous : l’éducation à l’image

Très souvent, à l’instar des œuvres d’arts ou des publicités, la bande dessinée se prête volontiers à une analyse d’image en langues étrangères, pour évoquer par exemple des problèmes de société, comme dans le comic strip argentin Mafalda.
De fait, toutes les lectures, historiques, politiques, sociologiques, philosophiques, écologiques, littéraires, sont possibles, et n’importe quelle discipline peut s’en inspirer.

Bien entendu, en histoire des arts elle pourra être étudiée plus précisément parmi les « arts du visuel », ainsi qu’en arts plastiques :

Au collège

Son étude sera possible, notamment en 5e et 4e où « les élèves se familiarisent avec les images et leur diversité. Ils élaborent matériellement des images, découvrent les modalités de leur réception et de leur diffusion. »

Au lycée

Les occasions ne manquent pas non plus : la représentation de l’espace ou du corps, la composition, le graphisme le récit, l’image, la mise en page, la diffusion.

Pistes pédagogiques

En collaboration avec les professeurs de disciplines pour aborder des notions de cours :

  • En Histoire-géographie, un exemple possible parmi des centaines : envisager la bande dessinée comme un document historique pour traiter de l’immigration.
  • En SES, les rouages du capitalisme à partir de la BD Obélix et compagnie de Uderzo et Goscinny pourront par exemple être abordés.

Seul(e), d’autres pistes sont à explorer :

  • Constituer un fonds BD couvrant l’histoire de la BD et ses pépites.
  • Ouvrir un club BD aux lecteurs ou à des scénaristes et dessinateurs « en herbe » et participer aux différents concours existants.

Festivals

Festivals

Les festivals de BD (ci-dessous une liste non-exhaustive) nourrissent l’ambition de favoriser les rencontres avec les auteurs, mais aujourd’hui force est plutôt de constater la prédominance des files d’attentse de lecteurs, munis d’un numéro gagnant parfois, pour une dédicace d’un auteur travaillant à la chaîne derrière le stand de son éditeur, au détriment des échanges. Tous ? Non ! Car il en reste quelques-uns qui résistent encore et toujours à une logique exclusivement marchande…

Le Festival International de la Bande dessinée d’Angoulême

La prochaine édition aura lieu du 26 au 29 janvier 2017.
Créé en 1974, il s’agit du plus important festival de bande dessinée de France ; il propose des stands de maisons d’édition avec possibilité d’obtenir des dédicaces, des expositions réputées, des rencontres et, plus récemment, des concerts de dessins et des matchs d’improvisation. L’entrée est payante mais reste gratuite pour les – de 10 ans.
Ses Prix sont les plus reconnus :
– le Grand Prix de la ville d’Angoulême, qui récompense un auteur pour l’ensemble de son œuvre ;
– le Fauve d’or, qui récompense un album paru l’année précédente.
www.bdangouleme.com

Le Festival International de la Bande dessinée de Chambéry

Affiche réalisée par Doug Wheatley

La dernière édition s’est tenue du 30 septembre au 2 octobre 2016.
Créé en 1977, il conjugue aussi prix, expositions, stands d’éditeurs, dédicaces des auteurs et échanges sous forme de questions/réponses. L’entrée est payante mais reste gratuite pour les – de 11 ans.
http://chamberybd.fr

Le Quai des Bulles à Saint-Malo

Affiche réalisée par Sylvain Vallée

La prochaine édition se déroulera du 28 au 30 octobre 2016.
En plus d’un festival proposant sept expositions, des dédicaces, des stands, une boutique, des projections libres, des rencontres et un prix récompensant les jeunes auteurs de bande dessinée, ce festival, créé en 1981, organise également dans l’année un comité de lecture, un concours Jeunes Talents BD et un concours de Courts Métrages, des formations professionnelles, des interventions d’auteurs en milieu scolaire, et loue des expositions.
www.quaidesbulles.com

BD BOUM à Blois

La prochaine édition se tiendra du 18 au 20 novembre 2016.
Créé en 1984, ce festival se démarque aussitôt par son orientation résolument pédagogique en proposant des ateliers ou des animations à durées variables, avec le concours d’auteurs. Il s’est durablement ancré dans le paysage blésois avec la construction récente d’une maison de la BD accueillant de nombreuses expositions et ateliers, et dotée d’un centre de ressources pédagogiques.
L’entrée du festival et des expositions est gratuite.
www.maisondelabd.com

« On a marché sur la bulle » à Amiens

La prochaine édition aura lieu en juin 2017.
Créé en 1995, ce festival privilégie les scolaires, tant au niveau des interventions que des prix. http://bd.amiens.com

Lyon BD Festival

La prochaine édition aura lieu en juin 2017.
Créé en 2005, ce festival propose, hormis les traditionnels stands d’éditeurs avec les dédicaces et des expositions, des mini masterclass pour enfants dessinateurs ou scénaristes en herbe, une vingtaine de rencontres, des réappropriations d’œuvres du musée par des dessinateurs, des spectacles, etc. Le Prix de Lyon récompense le meilleur album de l’année selon le jury, tandis que le Prix du truc d’or met à l’honneur l’album le plus original. L’entrée est payante, mais reste gratuite pour les – de 12 ans.  
www.lyonbd.com

Associations

Si chacun de ces festivals est piloté par une association, deux associations se distinguent cependant :

ACBD

Cette association des critiques et des journalistes de bande dessinée publie annuellement un rapport sur le marché de la bande dessinée.
www.acbd.fr

Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme

@Dargaud

Ce collectif s’est constitué contre l’idée d’une bande dessinée « féminine », à l’image de la presse dite féminine véhiculant une image « girly ».
https://bdegalite.org

Dans l’établissement

Concours

Favoriser la naissance de jeunes talents, telle est la vocation de ces concours qui fleurissent un peu partout en France, et dont le plus connu est À l’école de la BD (Festival d’Angoulême, avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de la Caisse d’Épargne), où il s’agit de réaliser une œuvre originale sur un thème libre. Les réalisations sont individuelles ou collectives pour les classes spécialisées, et individuelles à partir de 11 ans en collège et lycée.
www.education.gouv.fr/cid74308/a-l-ecole-de-la-bd.html

Les 48 heures de la BD

Début avril une sélection d’une dizaine de titres est proposée par les gros éditeurs à 1 € . À cela s’ajoutent des expositions, des rencontres, des ateliers et des dédicaces. 65 000 exemplaires ont ainsi été offerts cette année aux établissements scolaires et aux bibliothèques.
www.48hbd.com

Expositions en location

Tous les festivals cités en proposent : le Festival d’Angoulême, Quai des Bulles, On a marché sur la Bulle, BD Boum, etc.

Musées

La Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, à Angoulême (France).
www.citebd.org

Le Centre belge de la bande dessinée, à Bruxelles (Belgique).
www.cbbd.be/fr/accueil

Le Fonds patrimonial du service Bibliothèque & Archives de la Ville de Lausanne, et le Cartoon Museum de Bâle (Suisse).

La Fanzinothèque de Poitiers (France).
Voici un centre de ressources bien particulier, qui conserve plus de 50 000 fanzines et BD indépendantes d’une micro-édition ou de presse confidentielle, et fait revivre ces productions alternatives par des expositions, des conférences, des rencontres, etc.
www.fanzino.org

Le Musée d’Art ludique de Paris, créé en 2013, privilégie pour l’instant les studios d’animation, mais pourrait aussi se tourner vers l’univers de la bande dessinée.

Mafalda ©Glénat / 2014

Le CRDP de Poitiers
http://media­theques.crdp3-poitiers.org

Bulle en tête
Association de bibliothécaires passionnés de BD
www.bulleentete.com/expositions.html

Café Creed
www.cafe-creed.com/site/

Caricadoc
(humour, caricatures, dessins de presse)
www.caricadoc.com/article-expositions-115972318.html

Brignon BD
http://bullesgaronne.fr/catalogue-expositions/

« Les caricaturistes face à la censure »  
www.caricaturesetcaricature.com/article-les-caricaturistes-face-a-la-censure-exposition-78016989.html

Un prestataire privé
www.exposika.com/expositions/la-bande-dessinee/

L’exposition itinérante gratuite « Bande dessinée et immigration : un siècle d’histoire(s) du Musée de l’histoire de l’immigration » Pour en savoir plus :
www.histoire-immigration.fr/la-cite/le-reseau/les-actions-du-reseau/expositions-itinerantes

Expositions temporaires

Après Robert Crumb au Musée d’art moderne de la ville de Paris en 2012, Enki Bilal au Musée du Louvre en 2013, Claire Brétécher à la BPI en 2015, c’est aujourd’hui au tour d’Hergé d’entrer au Grand Palais du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017.
Visites guidées d’1 h 30 avec conférencier, du CE2 au lycée (105 €), projection commentée (62 €), visite-atelier « plancher comme Hergé » (120 €), visite-atelier « chefs-d’œuvre en couverture » (120 €). ● www.grandpalais.fr/fr/evenement/herge

Gaston Lagaffe s’expose, pour ses 60 ans de carrière, à la BPI de Beaubourg du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017.
Avec au programme : des planches, des dessins inédits, des éditions originales, des photos, des films, des interviews… mais aussi des inventions génératrices de gaffes, des débats, des projections, des conférences et des ateliers. Entrée gratuite.

Interventions extérieures

Hergé au Grand Palais (du 28 septembre 2015 au 15 janvier 2017). Le Grand Palais nous envoie son exposition ou l’un de ses conférenciers pour un échange ou un atelier.
www.grandpalais.fr/fr/evenement/herge