Depuis vingt ans, le Centre pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) de l’académie de Bordeaux accompagne la pratique radiophonique (création de podcast, réalisation d’émission de radio en vrai ou faux direct, création sonore, mise en voix d’albums jeunesse, etc.). Il touche un très large public qui va des élèves de grande section de maternelle aux étudiants de Master 2. De nombreuses pistes pédagogiques ont été explorées en vingt ans d’exercice et les formateurs du CLEMI ont conçu et expérimenté de nombreuses démarches permettant de développer des compétences utiles à l’expression orale. Dix-huit démarches ont été retenues dans le dossier Se préparer à l’oral par la pratique médiatique, proposées par onze contributeurs1 et sont diffusées sous la forme de fiches mêlant exercices pratiques et apports théoriques2.

Comprendre qu’il existe différentes dimensions dans la communication et savoir ce que chacune recouvre semblent constituer le socle de connaissances et compétences à faire acquérir aux élèves pour les préparer à une bonne maîtrise de l’expression orale. S’entraîner par la pratique médiatique en intégrant les codes de la communication dans ses dimensions verbale, paraverbale et non verbale peut permettre à chacun de se construire les bases d’une culture de l’oralité.

Les différentes dimensions de la communication

Quand on propose aux élèves de faire une recherche sur le sujet des différentes dimensions que recouvre la communication (en vue d’un exposé, par exemple) c’est Albert Mhérabian qui est souvent cité en référence. Professeur émérite en psychologie de l’Université de Californie, il a effectué deux études auprès d’un panel de femmes, qui sont à l’origine de la « règle des 3 V » (surt les parts respectives du Verbal, du Vocal, du Visuel dans la communication orale). La première étude reposait sur l’écoute de mots à connotation positive, négative ou neutre et à la façon dont les réceptrices interprétaient le sens des mots en fonction de l’intonation donnée par le locuteur. Dans tous les cas, c’est l’intonation et le son de la voix qui déterminaient le sens donné et donc la communication paraverbale (ou vocale) semblait l’emporter sur la communication verbale (choix des mots). La deuxième expérience...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous êtes abonné(e) et vous voulez activer votre compte

Pour obtenir votre code d’accès, merci de remplir le formulaire dans Contact ou d’envoyer un e-mail à cedis-intercdi@wanadoo.fr en utilisant le mail du CDI (pas de mail personnel) et en précisant votre nom, le nom de votre établissement, son adresse, votre code client ( celui-ci se trouve en haut à gauche de l’adresse de livraison ).

Contact

Vous n'êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l'intégralité des articles.

Je m'abonne