Rencontre avec Daniel Schneidermann, Antoine Genton et Pierre Haski

Lors des « Médiatiques », Festival d’Histoire et d’analyse des média créé au Lycée Voltaire d'Orléans, parmi les nombreux invités, Daniel Schneiderman, Pierre Harski et Antoine Genton sont intervenus pour nous aider à décrypter les rapports entre médias, émotions et violences politiques .

« Les Médiatiques », c’est un Festival d’Histoire et d’analyse des médias qui vise d’une part à comprendre comment se fabrique l’information aujourd’hui en France, et d’autre part à essayer de porter un regard qui soit à la fois scientifique et au plus près des pratiques journalistiques pour comprendre et mettre en perspective historique cette fabrique. Régulièrement, des chercheurs (principalement des historiens, mais aussi des chercheurs en sciences de l’information et de la communication ou en sociologie des médias) interviennent pour nous aider à décrypter ce milieu qui peut être complexe par certains aspects, qui a une histoire et des identités multiples, et que François Robinet, désormais professeur en Histoire des médias à l’université de Versailles, essaie de présenter chaque année à travers un thème, secondé par ses anciens collègues du Lycée Voltaire (Orléans) et avec le soutien financier de la Région Centre. 

En février dernier, pour sa 6e édition, le festival s’est attaché aux rapports entre médias, émotions et violences politiques ; une idée de programmation qui est en partie née des commentaires, des débats et des polémiques autour des couvertures médiatiques autour des les attentats de janvier et novembre  2015.

Avant d’ouvrir la discussion, le samedi 11 février 2017, François Robinet cite l’extrait d’un éditorial de Jérôme Fenoglio, paru dans Le Monde daté du 3 février 2017 et intitulé...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous n’êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l’intégralité des articles.

Je m’abonne