Le 1er mai 2018, quelques jours avant la journée officielle de la commémoration de l’abolition de l’esclavage (fixée au 10 mai), est passé sur Arte un documentaire salué par la critique1 : Les Routes de l’esclavage*. Un an et une sortie en DVD2 plus tard, il est encore temps de regarder cette œuvre claire et complète, qui permet de resituer l’esclavage dans son temps et son économie.

Les Routes de l’esclavage est un documentaire en quatre parties de 52 minutes qui propose de retracer une histoire de l’esclavage, de l’Antiquité à la fin du xixe siècle, en s’appuyant sur l’ouvrage de l’historienne Catherine Coquery-Vidrovitch3, d’ailleurs conseillère historique du film. Né de la rencontre de trois documentaristes – Daniel Cattier, Juan Gélas et Fanny Glissant –, il s’avère un outil précieux à exploiter en fonction des ressources disponibles ou acquises en CDI pour cette occasion (cf. Ouverture culturelle de ce même numéro) et des possibilités dans votre établissement, lors de séances en co-enseignement avec les collègues d’Histoire-géographie qui ont cette problématique au programme. Résultat d’un travail de cinq ans, d’interviews de quarante historiens et de dix voyages à travers le monde, le film est une grande réussite, aussi bien sur le fond que sur la forme.
Tout d’abord, la forme. Le film est aisé à regarder : le discours est clair, et malgré le sujet tragique, le ton n’est jamais dramatique ou misérabiliste. Pour illustrer des événements précis ou des paroles de contemporains de l’époque, des séquences animées sont intercalées, ce qui permet d’introduire de l’anecdotique dans la suite des explications et interviews, et de varier le rythme du récit. Elles sont réalisées façon aplats de peinture animés, ce qui change des traditionnelles séquences de reconstitution un peu datées,...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous êtes abonné(e) et vous voulez activer votre compte

Pour obtenir votre code d’accès, merci de remplir le formulaire dans Contact ou d’envoyer un e-mail à cedis-intercdi@wanadoo.fr en utilisant le mail du CDI (pas de mail personnel) et en précisant votre nom, le nom de votre établissement, son adresse, votre code client ( celui-ci se trouve en haut à gauche de l’adresse de livraison ).

Contact

Vous n’êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l’intégralité des articles.

Je m’abonne