Parler de rumeur, c’est en fait évoquer tout un ensemble de notions. Afin de ne pas se perdre dans des méandres de définitions, nous proposons de nous référer à l’ouvrage Rumeurs1, de Jean-Noël Kapferer, pour tenter d’en donner une, la plus générique possible : « Nous appellerons donc rumeur l’émergence et la circulation dans le corps social d’informations soit non encore confirmées publiquement par les sources officielles soit démenties par celles-ci.2 »

Deux types de rumeurs circulent le plus souvent auprès des adolescents. D’une part, toutes les rumeurs à caractère sexuel : principalement le mythe de la « fille facile » avec son lot de chuchotements et de souffrances ; cette forme ancienne de rumeur trouve aujourd’hui une caisse de résonance sur internet, notamment sur les réseaux sociaux. D’autre part, les théories du complot, entre Illuminati et défiances diverses envers le monde des adultes. Toutefois, la littérature ado se penche davantage sur le premier aspect, et c’est lui que nous allons explorer.
Davantage que le résumé des romans présentés, nous allons essayer de dégager les problématiques communes à ces ouvrages afin d’aider les professeurs documentalistes, que ce soit pour préparer une séance sur le harcèlement scolaire par exemple, ou pour répondre à la question individuelle d’un élève.

Rumeur, cancans, ragots, on-dit…

Une telle profusion de vocabulaire illustre bien l’importance de ce phénomène social. Dans tout groupe humain arrive forcément le moment où celui ou celle qui se comporte différemment sera jugé et victime de la sentence arbitraire des autres. La littérature jeunesse, et particulièrement le roman ado, se fait l’écho d’un phénomène qui, s’il a toujours existé, prend une nouvelle ampleur avec Internet et les réseaux sociaux. L’adolescence est le moment propice à ce genre de comportement : à ce moment de la construction de la...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous êtes abonné(e) et vous voulez activer votre compte

Pour obtenir votre code d’accès, merci de remplir le formulaire dans Contact en utilisant le mail du CDI (pas de mail personnel) et en précisant votre nom, le nom de votre établissement, son adresse, votre code client ( celui-ci se trouve en haut à droite de l’adresse de livraison ).

Contact

Vous n’êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l’intégralité des articles.

Je m’abonne