« Je ne vois pas ce que l’esprit d’un philosophe pourrait désirer de meilleur que d’être un bon danseur », affirme Nietzsche dans Le Gai savoir, pour qui la danse constitue l’art suprême puisqu’il n’est besoin d’outil que son propre corps. La danse, c’est, selon la définition qu’en donne le Larousse, l’« art de s’exprimer en interprétant des compositions chorégraphiques » et, selon Le Littré, « mouvoir le corps suivant les règles de la danse ». Cette ouverture culturelle choisit de faire la part belle à la danse contemporaine qui a libéré le corps, cassé les codes du classique, s’est ouverte aux autres champs artistiques et concerne davantage nos élèves.

Commençons par rappeler l’origine populaire, mais aussi mondaine de la danse, avec le ballet de cour, ses quatre siècles d’existence et ses liens étroits avec le milieu artistique et littéraire. Ainsi les poètes de la Pléiade avaient-ils déjà prôné une forme de théâtre total : chant, musique, danse, décors, illustrant le récit. On se souviendra également des comédies-ballets de Molière (Les Fâcheux, Le Bourgeois Gentilhomme...), d’ailleurs imitées avec La Dansomanie de Pierre Gardel (1800). Des techniques et des accessoires apparaissent qui marqueront à jamais la danse, comme la pointe de Mademoiselle Gosselin en 1813, afin de limiter au maximum le contact entre la danseuse et le sol, ou le tutu dans Giselle, qui souligne la légèreté de la danseuse. Toujours la danse classique s’attachera à ne plus se soumettre à la loi de la gravité. Enfin, Marius Petipa fait triompher l’académisme de la danse avec ses oeuvres-phare : La Belle au bois dormant (1890), Casse-noisette (1892) et Le Lac des cygnes (1895).
Mais le répertoire classique se trouve violemment remis en cause au XXe s. par la danse moderne, dont trois Américaines s’avèrent les précurseuses : Loïe Fuller, Isadora Duncan et Ruth Saint Denis. S’y intéressent aussitôt des artistes, danseurs ou pas, comme le charismatique Nijinski, Mallarmé, Wagner, Colette, le chorégraphe de ballets russes Fokine, Jean Cocteau, Serge Lifar, Roland Petit, Maurice Béjart, Tatsumi Hijikata,...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous n’êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l’intégralité des articles.

Je m’abonne