Échanges culturels méconnus entre nos deux pays

Nous aurions pu évoquer Mythologies1, livre phare et emblématique de Roland Barthes où, à partir d’exemples précis, comme la DS de Citroën ou l’arrivée du média télévisé dans les foyers, le philosophe et sémiologue (re)présente les nouveaux mythes de la modernité triomphante. Ou sa première œuvre, Le Degré zéro de l’écriture2, dans laquelle l’auteur s’attache à définir le concept d’écriture ainsi que ses implications quant à ses différences en fonction de la destination des écrits (roman, politique, etc.)3. Mais nous avons préféré aborder L’Empire des signes4. Un spécialiste du signe, observateur attentif de la pensée, ne pouvait rester à l’écart du pays des signes : le Japon. Roland Barthes s’y est ainsi rendu à six reprises et a publié en 1970 ce bel ouvrage de 151 pages richement illustré par ses propres photographies et documents.
Le livre est fort logiquement dédié à Maurice Pinguet ; cet ancien de l’École normale supérieure, agrégé de lettres classiques et chercheur au CNRS, devint le Directeur de l’Institut franco-japonais de Tokyo de 1963 à 1968. Les dates sont importantes, puisqu’elles recoupent celles des visites et voyages de Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre et Roland Barthes au Japon, où il enseignait la littérature française. Il publia un ouvrage relatif à La Mort volontaire au Japon5. Ce sujet a aussi inspiré Marguerite Yourcenar avec son livre consacré au suicide de l’écrivain...

Vous êtes abonné(e)

Pour accéder à l’ensemble des contenus, connectez-vous.

Je me connecte

Vous êtes abonné(e) et vous voulez activer votre compte

Pour obtenir votre code d’accès, merci de remplir le formulaire dans Contact en utilisant le mail du CDI (pas de mail personnel) et en précisant votre nom, le nom de votre établissement, son adresse, votre code client ( celui-ci se trouve en haut à droite de l’adresse de livraison ).

Contact

Vous n’êtes pas encore abonné(e)

Abonnez-vous à InterCDI pour lire l’intégralité des articles.

Je m’abonne